Editorial de juillet/aout 2018

Envoyer Imprimer PDF

20161212 153207

 

Fin juin, nous avons rencontré au siège de la DGE, la direction de la réglementation des communications électroniques mais aussi l'ARCEP et l'ANFR, avec un certain nombre d'associations amateur. Je dois dire que la réunion s'est assez bien passé et cela a permis au REF de faire passer un message clairement volontariste pour faire décoller le service amateur en France.

Vous connaissez notre position, exprimée plusieurs fois dans ces mêmes lignes.

L'objectif premier de la réunion était de valider le texte d'un décret permettant les connexions Internet de nos réseaux et un arrêté sur la « conduite accompagnée » pour la prise de micro pédagogique ne non encore licenciés.

Sur le projet de décret pour les connexions ROP, la DGE a finalement écouté nos remarques et va modifier les textes a minima sans introduire de contraintes supplémentaires telles que celles proposées dans le projet.

Pour les prises de micro pédagogiques, là encore le REF a été entièrement suivi dans ses propositions, mais il faut dire qu'a part une association qui était contre sans toutefois l'être complètement, le sujet n'a pas fait débat et a été vite entériné par l'administration, d'autant que l'ARCEP en 2010 avait publié un avis officiel en faveur de ce dispositif et que la DGCIS s'y était montré favorable en son temps.

Je rappelle la proposition du REF pour ces prises de micro pédagogiques, qui doivent rester exceptionnelles, était sans ambiguïté : Ces activités ne pourront être réalisées que sous la responsabilité, la supervision directe, et la présence physique permanente durant toute l’opération d’un titulaire d’un certificat d’opérateur des services d’amateurs équivalent à la classe HAREC de la recommandation T/ R 61-02 de la Conférence européenne des postes et télécommunications.

Nous attendons les textes définitifs pour enfin passer à autre chose, car le plus important est la volonté exprimé d'établir un calendrier de réunions pour enfin moderniser le service amateur pour en faciliter l'accès au plus grand nombre tout en préservant la qualité des futurs radioamateurs en leur ménageant une marge de progression. En effet, l'équation est délicate à résoudre. Certains s'insurgent contre « le bradage des licences » que pour des raisons populistes les associations demanderaient. Se souviennent-ils ces puristes, ces donneurs de leçons, de leur examen quand l'inspecteur des PTT venait à domicile leur poser trois questions sur la loi d'Ohm, deux sur la réglementation et vérifier s'ils avaient bien leur ondemètre à ampoule et leur filtre secteur ? Et cette génération là est pourtant le socle de notre service amateur actuel.

Nous avons proposé lors de cette réunion de créer un MOOC en partenariat avec l'ANFR, l'ARCEP et la DGE, incluant aussi les associations radioamateur représentatives qui voudraient bien investir dans un projet commun.

Si vous vous posez la question « qu'est ce qu'un MOOC » ne soyez pas complexé. Il s'agit d'un acronyme anglo-saxon pour désigner un programme pédagogique de formation en ligne, avec des cours, des vidéos, des contrôles à chaque étapes pour valider la progression. MOOC pour massive open online course, ou formation en ligne ouverte à tous (FLOT). Beaucoup de programmes de formations radioamateur en ligne existent déjà ici ou là, résultant d'initiatives personnelles ou de radioclub, mais il s'agirait de structurer tout ça dans portail unique validé par l'administration. Bien sur un peu d'investissement serait nécessaire, mais avec l'aide de nos administrations, le REF est prêt à s'investir financièrement dans un projet qui pourrait avoir aussi un label Éducation Nationale et être proposé dans les écoles. Ne nous y trompons pas, pour avoir un contenu de qualité, il faudra forcément investir, car si les logiciels sont pratiquement gratuits, un contenu riche et complet coûtera, seule la médiocrité est gratuite et ce n'est pas ce que nous, nous voulons.

Aujourd'hui, de nombreuses formations professionnelles diplômantes se font en ligne pour obtenir certaines certifications. L'Université de Liverpool propose un Hamradio-MOOC. Et pourquoi ne pas imaginer un MOOC radioamateur français lui aussi diplômant ? Ce serait quand même une méthode plus moderne d'entrer dans le service amateur que celle en place actuellement qui commence à dater un peu dans son concept.

En attendant l'aboutissement d'un tel projet le REF va organiser lors du salon Hamexpo le samedi 13 octobre prochain, une séance d'examen à la licence française. Nous avons obtenu l'accord de l'ANFR qui supervisera complètement l'opération. En permettant de passer cet examen au cours d'une journée de rencontre festive, par cette opération, nous allons essayer de nous mettre à la disposition des futurs radioamateurs pour les inscriptions et le règlement des frais de façon à faciliter les vocations de dernière minute. Si vous avez prévu de passer cette année votre licence mais que vous reculez devant les difficultés pratiques d'un passage d'examen en semaine, alors profitez de cette occasion pour venir le passer un weekend dans une ambiance entièrement radioamateur. Bien sur, il n'est pas nécessaire d'être membre du REF pour postuler ce jour là, nous accepterons tout le monde sans condition.

 

 

Lucien SERRANO, F1TE
Président du REF

 

Editoriaux archivés

 

RUBRIQUE DEPARTEMENTALE

Abonnez-vous au flux RSS !

Suivez nous sur Twitter

 
iarubfra-logo1
 
 
logo anfr
 
Logo ITU-1