Station radioamateur
Bienvenue sur le site du REF
 
 
L’association Réseau des Émetteurs Français a été fondée à Paris en avril 1925.
 
L'objet de l'association est de créer un lien amical entre les radioamateurs, les écouteurs des bandes radioamateurs ou toutes personnes s’intéressant aux activités radioamateurs et s’engageant à en respecter les règles.
 
Si vous souhaitez découvrir ce qu'est le radioamateurisme, nous vous invitons à parcourir la rubrique "Radioamateurisme, qu'est-ce que c'est ?" qui vous dévoilera les multiples facettes de cette activité passionnante.
 

arcep-share-1200x630

5360 KHz - Décision ARCEP no 19-1412

Adoption le 24/09/2019
Publication le 14/11/2019

Décision n° 2019-1412 de l’Arcep en date du 24 septembre 2019 modifiant la décision n° 2012-1241 modifiée fixant les conditions l’utilisation des fréquences par les stations radioélectriques du service d’amateur ou du service d’amateur par satellite

Télécharger le document (pdf - 525 Ko)

La décision d'affectation de la bande 5,360 Mhz au service amateur est donc validée par l'ARCEP.
Cette décision doit maintenant être transmise au ministre compétent pour homologation et publication au JO.
Ce n'est qu'à ce moment que la bande sera ouverte au trafic, dans les condittions prévues par le texte de l'ARCEP.
Nous vous tiendrons informés.

Jean-Louis Truquet

Président - Réseau des Emetteurs Français

 


 

CMR 2019  SEMAINE DEUX

       IARU 

 

wrc-2019-logo-220x75 

 

Charm el-Cheikh, Égypte, 10 novembre 2019.

CMR-19, la deuxième semaine (Dave Sumner K1ZZ).  

La deuxième semaine de la Conférence Mondiale des Radiocommunications a été marquée par d'intenses discussions sur les points les plus difficiles de l'ordre du jour, mais peu encore ont été définitivement clos.
Il est certain que les jours et les nuits seront longs au cours des deux prochaines semaines avant la clôture de la conférence.

Faites connaissance avec l’équipe IARU :
14 représentants de l’IARU et de ses sociétés membres participent à tout ou partie de la CMR 2019. L'IARU est admise à titre non consultatif, ce qui signifie que ceux d'entre nous qui représentent l'IARU peuvent assister aux réunions mais ne peuvent pas prendre la parole en réunion sauf sur invitation du président, afin de fournir des informations.
Cela se produit parfois, mais la plupart de nos discussions avec les délégués se déroulent dans les couloirs pendant les pauses - autrement dit par lobbying. Trois d’entre nous sont des délégués IARU.
Le président Tim Ellam VE6SH était présent pour la deuxième semaine. Les secrétaires Dave Sumner K1ZZ et Dave Court EI3IO, président du Comité de liaison pour le spectre et la réglementation de la Région 1, resteront jusqu'à la dernière semaine.

Les 11 autres membres de l'équipe IARU font partie de leurs délégations nationales : le vice-président de l'IARU Ole Garpestad LA2RR, pour la Norvège ; Ulli Mueller DK4VW et Bernd Mischlewski DF2ZC pour l'Allemagne; Murray Niman G6JYB pour le Royaume-Uni ; Ken Yamamoto JA1CJP pour le Japon ; Hans Blondeel Timmerman PB2T pour les Pays-Bas ; Flavio Archangelo PY2ZX pour le Brésil ; Bryan Rawlings VE3QN pour le Canada ; Dale Hughes VK1DSH et Peter Pokorny VK2EMR pour l'Australie, et Jon Siverling WB3ERA pour les États-Unis. Bernd, Ken et Peter ont apporté leur contribution au cours de la première moitié de la conférence et sont rentrés chez eux.
Les membres des sociétés membres de l’IARU dans les trois régions, notamment le Deutscher Amateur Radio Club, la Radio Society de Grande-Bretagne (RSGB), la Ligue des radioamateurs du Japon (JARL), les Radio Amateurs du Canada (RAC), le Wireless Institute of Australia (WIA) et l’ARRL ont contribué à l'équipe IARU.

Sans votre soutien, il ne pourrait y avoir aucune représentation effective des services d'amateur et d'amateur par satellite à la CMR-19 et autres réunions et conférences internationales.
Voici un aperçu à mi-parcours des points majeurs affectant les services d’amateur :

50 MHz dans la Région 1 :

Bien qu'il reste quelques détails à régler concernant la protection contre les interférences des autres services existants dans les pays de la Région 1, il est convenu que le service d'amateur devrait entrer dans le tableau international des allocations de fréquences pour la Région 1. Les allocations actuelles pour les régions 2 et 3 resteront inchangées. Les décisions de la CMR sont prises par consensus et les administrations de la Région 1 sont venues à Charm el-Cheikh avec des points de vue divergents allant d'une attribution primaire de 4 MHz à aucune attribution. Un compromis délicat a donc dû être élaboré pour aboutir à un résultat positif. Bien qu'il soit trop tôt pour se réjouir, nous sommes prudemment optimistes quant à la validité du compromis. Dale VK1DSH a présidé dix réunions du sous-groupe de travail chargé de ce point de l'ordre du jour. Le compromis sera examiné au niveau des groupes de travail et des Comités au cours des prochains jours, mais il ne deviendra définitif qu’en deuxième lecture du document en session plénière, ce qui pourrait ne pas avoir lieu avant la quatrième semaine.

Futurs points de l'ordre du jour :

L’IARU ne cherche pas à mettre de nouveau point à l’ordre du jour des futures CMR lors de cette conférence 2019.
Avec le spectre de 8,3 kHz à 275 GHz entièrement attribué et certaines bandes au-dessus de 275 GHz déjà identifiées pour des utilisations particulières, toute proposition d'attribution de nouvelles allocations implique le partage avec un ou plusieurs services titulaires. Les pressions en faveur de l’accès au spectre pour permettre de nouvelles utilisations à des fins commerciales sont intenses ; pour un service établi comme le nôtre, toute CMR qui ne réduit pas notre propre accès au spectre utile est un succès.

L'idée d'inclure la bande des deux mètres dans une étude d'applications du service mobile aéronautique autre que de sécurité n'a pas refait surface. Toutefois, l’IARU s’intéresse à un projet de point pour la CMR-23 intitulé : "Examen du service d'amateur et de son attribution pour assurer la protection du service de radionavigation par satellite (espace vers Terre) dans la bande de fréquence 1240-1300 MHz".

Notre statut réglementaire actuel est clair. Le service d'amateur est secondaire dans cette bande et le service d'amateur par satellite est autorisé à être exploité dans la direction Terre vers espace sans brouillage dans la bande 1260-1270 MHz. Dans le Règlement international des Radiocommunications, c'est toute la protection requise par un service primaire tel que celui de radionavigation par satellite, et sa mise en œuvre incombe aux administrations individuelles.

Le seul cas bien documenté d’interférence affectant un récepteur Galileo à l'origine de ce point de l'ordre du jour proposé est survenu il y a plus de cinq ans, et il a été rapidement résolu par l'administration concernée. Il n'y a pas eu de cas d'interférence connu sur les terminaux utilisateurs.
Une attribution au service d'amateur de 1215 à 1300 MHz a été attribuée à titre principal et exclusif en 1947, puis rétrogradée en service secondaire pour permettre la radiolocalisation (radar) et rétrécie à 1240-1300 MHz. Le service de radionavigation par satellite a été ajouté en 2000. En tant que service secondaire, le service amateur fonctionne avec succès dans la bande depuis de nombreuses années. Compte tenu de la densité et du nombre relativement modeste d'émissions d'amateur dans la bande, nous considérons que la proposition de point à l'ordre du jour relatif à Galileo est disproportionnée.

L’IARU est consciente de cette préoccupation et ne veut pas que le service d’amateur affecte de quelque manière que ce soit le fonctionnement du système Galileo. L’IARU a déjà mis à jour ses recommandations opérationnelles pour les stations d'amateur de la région 1. Si nécessaire, d'autres recommandations peuvent être développées et déployées à l'échelle mondiale. Dans le cadre de la CEPT, deux études de mesure préliminaire de la performance / vulnérabilité des récepteurs Galileo (de 2015 à 2019) sont en cours d’évaluation. Les discussions peuvent être plus opportunes et mieux ciblées au sein de la CEPT. L’IARU estime que ce processus offre déjà le potentiel d’une solution satisfaisante et que le problème ne justifie donc pas l’action de la CMR et l’engagement des ressources de l’UIT.

Satellites :

Bien que cela ne nous affecte pas directement – en continuité des travaux de la CMR-15, nous suivons un point de l'ordre du jour qui vise le spectre affecté à la télémétrie, la poursuite et le contrôle de l’exploitation pour les satellites non géostationnaires effectuant des missions de courte durée (Cubesats, entre autres). Nous souhaiterions trouver une solution permettant de réduire l'utilisation abusive du spectre très limité de satellites d'amateur pour des applications commerciales. Les discussions se concentrent sur le spectre proche de 137 MHz (bas) à 149 MHz (haut), mais parvenir à un accord s'avère très difficile.

Résolutions :

Chaque CMR examine les résolutions et recommandations adoptées par les conférences précédentes. Cette fois, deux résolutions concernant les services d'amateur ont été proposées pour suppression.

La Résolution 641 interdisant la radiodiffusion dans la bande 7000-7100 kHz, révisée pour la dernière fois en 1987, est devenue obsolète en 2003, lorsque la bande radioamateur mondiale a été étendue à 7200 kHz. Les administrations n'étaient pas convaincues que la résolution soit toujours nécessaire et aucune ne proposait de modification pour couvrir les 100 kHz supplémentaires. La supprimer était préférable à laisser une résolution obsolète dans les livres, nous n'avons donc pas essayé de la conserver.

Après avoir examiné la Résolution 642 qui définit la procédure à suivre pour soumettre des informations sur les stations terriennes d'amateur par satellite types aux fins de publication par l'UIT, plusieurs administrations ont décidé qu'il serait prématuré de les supprimer. La résolution, inscrite dans les livres depuis 1979, a été conservée sans changement. Une mise à jour peut être envisagée dans le futur.

Les réunions se sont poursuivies tout au long du week-end et se poursuivront jour et nuit jusqu’à la conclusion de la CMR-19 le 22 novembre.

CEPT rapport hebdomadaire https://cept.org/ecc/groups/ecc/cpg/page/weekly-report-from-wrc-19/

Communiqué de l'IARU R1

  alt


 

 

 

Premiers progrès et controverses sur des questions difficiles marquent la première semaine de la CMR 2019  

       IARU 

 

wrc-2019-logo-220x75 

 

Charm el-Cheikh, Égypte, 1er novembre 2019.

La première semaine de la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2019 a abouti à un accord sur plusieurs points grâce aux consensus obtenus lors de discussions préalables à la conférence. Ces points étaient les plus faciles, le reste sera plus difficile. 

Les premières décisions prises à Charm el-Cheikh n’ont été possibles que grâce aux innombrables heures consacrées depuis la dernière CMR de 2015 par le secteur des radiocommunications de l’UIT et les six organisations de télécommunication régionales (RTO).

Trois de ces décisions étaient relatives à des sujets intéressant l'IARU :

 
- Une autre décision de non changement (NOC) s'applique à la bande 5850-5925 MHz, qui est une attribution d'amateur secondaire en Région 2. Cette décision évite ainsi toute conséquence pour le service d'amateur. L'examen des propositions concernant d'autres parties du spectre dans la gamme des 5 GHz demandera beaucoup plus de temps.
 
- Enfin, la CMR n’a accepté aucune attribution de fréquence ni aucune modification au Règlement des radiocommunications dans le contexte du transfert de puissance sans fil pour les véhicules électriques (WPT-EV). Il reste encore beaucoup à faire, et de manière urgente, à l'UIT et aux autres organismes de normalisation si l'on souhaite que les services de radiocommunication soient correctement protégés des brouillages préjudiciables pouvant être générés par le WPT-EV, aussi bien de la fréquence fondamentale que des rayonnements non désirés.

L'examen d'une attribution du 50 MHz dans la Région 1 afin d'harmoniser les attributions dans les trois régions a fait l'objet d'un débat animé au sein d'un sous-groupe de travail présidé par Dale Hughes VK1DSH, de la délégation australienne. Les quatre RTO de la région 1 ont fait des propositions disparates à la conférence et un petit groupe d’administrations a proposé de ne rien modifier. Pendant trois jours, aucun progrès n'a été réalisé vers une solution consensuelle, mais cela a changé vendredi matin. Un accord a été conclu, sous réserve de confirmation par les groupes régionaux. Celui-ci offrira aux administrations de la région 1 une certaine flexibilité quant à la manière de traiter le service radioamateur dans cette bande 50 MHz.

L’un des problèmes les plus difficiles auquel la CMR-19 est confrontée est l’élaboration d’un ordre du jour pour la CMR-23. Il existe des dizaines de propositions de points à l'ordre du jour, et toutes ne peuvent être traitées dans les limites des ressources disponibles de l'UIT.

Le travail de fond d’analyse de ces propositions a débuté vendredi après-midi et doit s'achever au cours des deux prochaines semaines.Certaines réunions sur les problèmes les plus difficiles sont programmées pour le samedi 2 novembre.

Les délégués ont été avertis de se préparer à une utilisation intensive des heures de week-end et de soirée jusqu’ à la fin de la conférence, le 22 novembre.

CEPT rapport hebdomadaire https://cept.org/ecc/groups/ecc/cpg/page/weekly-report-from-wrc-19/

Communiqué de l'IARU R1

  alt


 

 

 


Page 2 sur 64

Chercher sur le site

Dans votre agenda

Aucun événement

Connexion rédacteurs

Réservé aux rédacteurs de rubriques. Pour la connexion à l'espace membres utiliser le menu principal