Bienvenue sur le site du REF
Station radioamateur

L’association Réseau des Émetteurs Français a été fondée à Paris en avril 1925.
 
L'objet de l'association est de créer un lien amical entre les radioamateurs, les écouteurs des bandes radioamateurs ou toutes personnes s’intéressant aux activités radioamateurs et s’engageant à en respecter les règles.
 
Si vous souhaitez découvrir ce qu'est le radioamateurisme, nous vous invitons à parcourir la rubrique "Radioamateurisme, qu'est-ce que c'est ?" qui vous dévoilera les multiples facettes de cette activité passionnante.
 

Projet de décret et arrêtés relatifs aux services amateurs :

 

DGE

 
Vous trouverez ci-dessous les remarques adressées à la DGE à propos des textes consolidés reçus.
 

 

Arrêté précisant les conditions d’utilisation en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française, à Wallis et Futuna et dans les Terres australes et antarctiques françaises des installations des services d’amateur.

Nous n'avons pas de remarque à faire sur ce texte.

Décret n° 2018- fixant les conditions d'accès d'une station radioélectrique des services d’amateur à un réseau ouvert au public

Le texte proposé relatif à la connexion ROP des stations des services amateurs nous convient. Il autorise avec pragmatisme le raccordement à Internet des stations radioamateurs, tant individuelles que collectives.

Arrêté modifiant l’arrêté du 21 septembre 2000 modifié fixant les conditions d'obtention des certificats d'opérateur, d'attribution et de retrait des indicatifs des services d'amateur.

Concernant l’article 2 relatif à la prise de micro pédagogique, la première écriture permettait une interprétation trop large que nous avons signalée dans notre contribution.
 
La nouvelle formulation en limitant son accès aux seuls inscrits à une formation ayant fait une demande d'examen ne permet plus les contacts ARISS directement par les élèves, ou les activités du scoutisme. Nous souhaitons une réécriture de ce paragraphe dans l’esprit de l’accord signifié par Mme la ministre Axelle Lemaire en charge de l'économie numérique nous l'avait signifié Nous joignons à cet effet une proposition possible de nouvelle rédaction.
 
Relatif au complément de l’article 14 chapitre 1er deuxième partie, nous notons l’ajout du chapitre Traitement numérique du signa (DSP) conformément au programme HAREC. Comme mentionné lors de notre réunion ces ajouts nous paraissent d’un niveau théorique élevé et c’est donc dans le choix des questions d'examen, leurs formulations et le pourcentage de questions sur ce nouveau paragraphe que se jugera la pertinence de cette modification. Nous souhaiterions participer à l’élaboration du questionnaire et à la formulation de ces questions.
 
Nous notons avec satisfaction les modifications du barème de l'examen supprimant les points négatifs sur les mauvaises réponses et la publication dans l'annuaire radioamateurs des indicatifs spéciaux et leurs titulaires, demande appuyée par l'URC lors de la réunion.
 
Nous regrettons que les mêmes préfixes d’indicatifs spéciaux « TO » soient distribués pour des territoires géographiquement aussi éloignées sur le globe dans des régions différentes de l’UIT.   
 
Nous vous remercions sincèrement de nos échanges et nous espérons rapidement finaliser ces premières évolutions afin de poursuivre sur d'autres sujets primordiaux à nos yeux : la formation de nouveaux radioamateurs par l'instauration d'une filière officielle de formation et la création d'un certificat d'entrée avec des prérogatives associées. Il nous apparaît en effet essentiel de consacrer nos efforts aux vraies opportunités : l’éducation, le recrutement et le remplacement des générations.
 

Proposition de rédaction de l’article 2 de l’arrêté modifiant l’arrêté du 21 Septembre 2000 :

Article 2:
Article 1er de l’arrêté du 21 septembre 2000 est ainsi rédigé :
La manœuvre d'installations radioélectriques fonctionnant sur les fréquences attribuées aux services d'amateur et d'amateur par satellite est subordonnée à la possession d'un certificat d'opérateur et à l'utilisation d'un indicatif d'appel délivré dans les conditions du présent arrêté.
 
Afin de promouvoir la pratique du radio amateurisme et dans un but de démonstration pédagogique , la manipulation exceptionnelle par une personne ne possédant pas un certificat d’ opérateur ou un indicatif personnel d’une installation radioélectrique des services d’amateur ou d’amateur par satellite est autorisée sous la surveillance et la responsabilité d’un titulaire du certificat français d’opérateur des services d’amateur au moins équivalent à la classe HAREC de la recommandation T/ R 61-02 présent à côté de l’ opérateur lors des communications. L’indicatif d’appel utilisé doit figurer dans l’annuaire officiel de l’ANFR article 11 du présent arrêté. Le radioamateur autorisé mentionne alors son indicatif personnel, ainsi que le nom et prénom de l’opérateur occasionnel dans le journal de trafic.
 
Lorsque cette démonstration entre dans le cadre des exercices de communication de crises ou de sécurité civile, le titulaire du certificat d’opérateur devra être membre d’une association agréée au titre de l’article 8-1 de l'arrêté du 27 Février 2017 (Inte1702341A).
 
Dans le cadre d’un radioclub organisant des formations pour préparer des candidats inscrits auprès de l'ANFR à l'examen visé à l'article 2 et sous condition que le candidat ait mentionné lors de son inscription l'indicatif du radioclub qui assurera son tutorat, le candidat peut émettre temporairement en utilisant l'indicatif du radioclub. Il manœuvre l'installation radioélectrique sous la surveillance et la responsabilité d'un titulaire d’un certificat français d’opérateur des services d’amateur au moins équivalent à la classe HAREC de la recommandation T/ R 61-02 présent à côté de l'élève lors des communications. Le radioamateur tuteur autorisé mentionne alors son indicatif personnel, le nom et prénom de son élève dans le journal de trafic du radioclub.
 
Cette autorisation est accordée pour une période de 180 jours précédant l'examen pour lequel le candidat s'est inscrit. Si le candidat ne se présente pas à l’examen, il ne lui est plus accordé d'autorisation.

Le Conseil d’ Administration

 


 

 

Projet de décret et arrêtés relatifs aux services amateurs :

 

DGE

 

Toutes les associations ayant répondu à la consultation publique de la DGE  et présentes lors de la réunion du 22 juin 2018 dernier ont reçu le 25 Octobre 2018 de la DGE les projets de textes suivants :

  • Décret relatif aux connexions des stations d'amateur à un réseau ouvert au public ( Internet).  Lien : damieravant    
  • Modifications aux conditions obtentions des certificats d’ opérateurs et d’attribution des indicatifs du service amateur. Lien : damieravant
  • Conditions d’ utilisation des installations des services amateurs dans les territoires de la République en Asie-Pacifique. Lien : damieravant                                 

Une équipe technique et juridique REF analyse actuellement ces documents afin de communiquer nos commentaires comme demandé par la DGE avant le 9 Novembre 2018.

 Vous pouvez nous faire part de vos suggestions  et commentaires à l’adresse  : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Pour mémoire, vous trouverez sur ce lien la première version de ces textes : damieravant

Le Conseil d’ Administration

 


 

 

Communiqué de l'IARU

Statut de la bande 50 MHz

 
Cette semaine a eu lieu une importante réunion de la CEPT à Kiev en Ukraine.
L'IARU était représentée par deux délégués qui travaillent sur ce dossier depuis trois ans, F4GKR et EI3IO.
Voici le communiqué que l'IARU vient de publier en anglais sur son site et dont pous trouverez ci-dessous la traduction.

Prochaines étapes sur la route de la CMR19

Les volontaires de l'IARU travaillent depuis trois ans afin de faire progresser le point 1.1 de l'ordre du jour de la Conférence mondiale des radiocommunications 2019.

Ce point de l'ordre du jour a pour objectif une allocation de spectre au service amateur dans la bande 50 MHz au Tableau des Attributions de Fréquences, allocation  cohérente avec celle des Régions 2 et 3.

Les organisations African Telecommunications Union, CEPT, Arab Spectrum Management Group, RCC et bien sûr l'UIT ont déployé un travail considérable afin d’ obtenir un accord en vue d’une allocation plutôt que la gestion actuelle au titre de l'article 4.4 du Règlement, pays par pays

L’IARU a représenté  l’ensemble des radioamateurs mondialement  lors de ces réunions en faisant valoir que les nouvelles applications  radioamateur nécessitent une  allocation plus importante sur la bande 50Mhz et a proposé une utilisation de la bande qui illustre  la validité de cette demande.

L'IARU a également entrepris des travaux approfondis sur les études de partage de ces fréquences en utilisant des modèles de propagation reconnus par l'UIT et la CEPT.

Après de nombreuses semaines de planification et de réunions dans les assemblées régionales  et mondiales depuis la CMR 2015 , la prochaine étape de préparation vers la  CMR19 a eu lieu cette semaine (24-28 septembre 2018), où l'équipe de projet de la CEPT ( PTD ) a examiné sa position sur ce point de l'ordre du jour en préparation de la réunion CEPT préparatoire en Novembre et de l’UIT CPM (Conference Preparatory Meeting) en février 2019.

Les travaux menés au cours de cette réunion ont été renforcés par la présence de l’ EURAO qui a coopéré avec l’IARU pour rechercher le meilleur résultat possible au bénéfice du Service Amateur sur ce point de l’ordre du jour de la CMR-19.
Le Service Amateur s'est heurté à une forte opposition de la part de quelques états qui affirment que la bande 50 MHz est déjà attribuée à d'autres services dans leur pays (après la fermeture de nombreuses stations de radiodiffusion ces dernières années).

Ce groupe défend qu’ un partage de cette bande serait problématique.


Lors de cette réunion, deux options ont été préparées :

  • La première préférée par la majorité des administrations de la CEPT participant activement aux discussions propose une attribution secondaire de 2 MHz à inclure dans l'article 5 du Règlement des radiocommunications de l'UIT.
  • La deuxième option, qui résulte d’un compromis majeur négocié par le mouvement amateur après la dernière réunion du PTD,  et que préfèrent EURAO et IARU, prévoit une allocation primaire de 500 kHz de 50,0 à 50,5 MHz et une attribution secondaire de 50,5 à 52,0. MHz

L’une ou l’autre des options serait une amélioration de la situation actuelle des règles internationales car elles permettraient une utilisation amateur non protégée sur la base du non-brouillage. Ces options seront examinées plus avant lors de la prochaine réunion du PTD.

Nous espérons que la coopération entre l'IARU et l'EURAO se poursuivra dans les activités futures de la CEPT relative au Service Amateur.

 

 


Page 3 sur 56

RUBRIQUE DEPARTEMENTALE

Abonnez-vous au flux RSS !

Suivez nous sur Twitter

 
iarubfra-logo1
 
 
logo anfr
 
Logo ITU-1
 

Chercher sur le site

Dans votre agenda

Aucun événement

Connexion rédacteurs

Réservé aux rédacteurs de rubriques. Pour la connexion à l'espace membres utiliser le menu principal